MONTPELLIER legislatives 10 juin 2007

canton de Lattes( Lattes, Palavas les flots, Perols)

Montpellier ( cantons 1,4,5,6)

CANTOURNET Denis  

Nadeva ROBINSON (suppléante)

denis-nadeva.jpg2.jpg 

Envoyez moi à Paris

que je leur parle du pays!!!  

profession.jpg
 
MIDI LIBRE mardi 5 juin 2007 

convictions.jpgHérault/1° : Denis Cantournet, un occitan au petit budget

A 44 ans, moustache comprise, il en a vu d’autres sur le front électoral local et régional, le bougre. Mine de rien, il affiche au compteur une bonne demi-douzaine de candidatures diverses.

« Lors de cantonales, je fus même, à 25 ans, le plus jeune candidat du département. »

Autant dire que Denis Cantournet, l’opiniâtre porte-drapeau du rouge et jaune Parti occitan sur la première circonscription, n’est plus depuis longtemps du genre à s’émouvoir du prix d’une campagne électorale. Parmi les méandres des lois successives liées aux diverses sources légales de financement. Entre les bulletins, les affiches, les professions de foi ou encore le millier de journaux qu’il vient de faire imprimer, la facture devra s’élever à, très précisément, 1 972,50 €. « Auxquels il faut ajouter 115 €TTC de frais de photocopies. »

Pour ce jardinier originaire de Villefranche-de-Rouergue, spécialisé dans l’entretien des résidences collectives, il s’agit ni plus ni moins de sacrifier un mois et demi de salaire. « J’aurais pu aller passer des vacances en Italie. Finalement, j’irai chez papi et mamie en Aveyron. C’est pas plus mal, non ? » Reste que, tout de même, comment rester zen en se privant de six semaines de revenus ? Denis a un truc de vieux paysan : il économise pour payer cash. « Chaque mois, je verse 50 € au Parti occitan. A chaque fois, ça me sert à financer une de mes campagnes. En cas de difficultés, le parti pourrait évidemment m’aider, d’autant plus que je représente l’un des plus petits budgets parmi notre trentaine de candidats. » Mais pas question : « Il s’agit d’un don fait à mes idées. »

Un don de soi pas toujours facile à partager : lors de l’avant-dernière élection régionale, Denis Cantournet avait entrepris de monter une liste avec quelques amis. Quitte à mettre plus que largement la main à la poche. L’ennui est que, cette année-là, les copains ont fini par renoncer. « Du coup, avec cet argent économisé, j’ai construit... une petite piscine chez ma belle- mère. » Seule légère entorse personnelle au militantisme, de la part de ce candidat convaincu qui affiche comme profession de foi : « Assumons nos devoirs, faisons respecter nos droits. »



CANTOURNET.jpg